Voyages de non-retour

"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va ", écrivait Christophe Colomb. Violaine fuit l'orphelinat pour échapper au destin de misère qui lui semble promis. Pleine d'aspirations, elle s'embarque pour les Indes orientales. Les jumeaux Guillaume et Henri entreprennent eux aussi ce long et périlleux voyage, afin de se former au commerce des indiennes. Leur route à travers les océans, l'Empire ottoman et la Perse, puis jusqu'à Genève, va croiser celle de la jeune femme. Une épopée dont aucun n'aurait deviné l'ampleur.

 

D’une plume percutante, Matylda Hagmajer nous entraîne sur les traces de ces trois jeunes gens à la découverte du monde, mais aussi de l’Autre et, par-là, des tréfonds de leur âme. Véritable immersion dans le XVIIe siècle des grands voyages et au cœur de la production des indiennes, Voyages de non-retour aborde des thématiques d’une grande modernité.

Février 2022, Editions Slatkine

Prix des Bienveillantes 2022, festival du LÀC Collonge-Bellerive Genève

Sélection pour le prix de l'Académie romande 2022

>> Revue de presse

DédicaceVeyrier22.jpg

Le soleil était éteint

1816. Marguerite Gremon, jeune et mystérieuse paysanne savoyarde, rejoint Genève rêvant d’ascension sociale pour entrer au service de la déconcertante Anna Roux, elle-même en quête d’un développement intellectuel qui ne sied guère aux femmes de son époque. Pourtant, le ciel fait des siennes et la catastrophe météorologique qui frappe la ville et toute l’Europe du Nord emmène Marguerite, Anna et leurs familles sur des chemins inattendus.

 

Le soleil était éteint s’inscrit dans la fameuse « année sans été » durant laquelle le climat a été déréglé par l’explosion du volcan Tambora en Indonésie en 1815, survenue de surcroît à la fin du petit âge glaciaire. Les températures en dessous des normales saisonnières, les pluies torrentielles, les orages fulgurants, mais aussi les couchers de soleils aux cieux rougeoyants ont inspiré le Frankenstein de Mary Shelley et les tableaux de William Turner.

 

Mars 2019, Éditions Slatkine

Sélection pour le prix littéraire SPG 2020 & 2021

>> Revue de presse

VernissagePayotMars2019_5_edited_edited.

Comme la roche sous la pluie - épuisé

Nine vit dans un ennui profond, un vide qui la creuse et qu'elle comble avec les histoires des autres. La vie de Teresa, en plein bombardement de Varsovie, ne fut que trop remplie. 

Deux existences convergent, l'une concave, l'autre convexe. L'une reçoit, l'autre imprime son empreinte, dans un chassé-croisé rapide, haletant, où les rencontres ne doivent rien au hasard.

Mai 2017, Lulu.com

>> Revue des chroniques

VernissageCommeLaRoche.jpg